Les Figollis

Publié le

Les figollis de PâquesPâques, c'est le temps des "figollis"... Cette spécialité originaire de l'île de Malte, mettra toute votre maison en branle-bas... on la retrouve dans certaines familles pied-noires de Tunisie. Les enfants peignent des oeufs durs...
Chacun façonne son figolli, avec de la pâte à gâteaux, parfumée de grains d'anis, de minuscules écorces d'orange, et d'eau de fleur d'oranger. On positionne l'oeuf peint sur le gâteau, puis ça passe au four... ça embaume dans la maison, une senteur inégalable.  Recette ci-dessous...

 

galerie de figolisIngrédients :
- 1 kg de farine - 4 oeufs entiers + des oeufs durs peints à la gouache (1 par gâteau) - 1 verre d'huile - 2 paquets de levure - 400 g de sucre - eau de fleur d'oranger - écorce d'orange - anis vert et / ou éventuellement ou fenouil - un peu de lait si la pâte est dure


Dans une jatte, mélangez la farine avec la levure. Faites un creuset au milieu du tas de farine pour y rajouter les oeufs. Puis l'huile. Pétrissez. Parfumez avec l'eau de fleur d'oranger, allez-y doucement : la pâte doit avoir la consistance d'une pâte à modeler. Si jamais elle est trop sèche, rajoutez davantage d'eau de fleur d'oranger ou d'huile. Si elle est trop molle voire liquide, remettez un petit peu de farine. N'oubliez pas les écorces d'orange si possible un peu confites (je crois que ma mère les fait confire, dans un léger sirop d'eau sucrée).
Pensez aussi à mettre des grains d'anis, c'est vraiment important, pour le parfum. Pâques sans ces grains d'anis, perd un peu en pureté et candeur, si je peux me permettre.
Bon, quand vous avez bien pétri la pâte, allumez le four, et prenez une boule de pâte de la taille d'un bol de petit déjeuner, et étalez-la sur du papier sulfurisé, posé sur une plaque de four.
Dessinez un motif, agneau pascal, cloche, bien sûr, ou autre chose de votre choix. Ce motif doit prendre à peu près la taille de votre plaque de four. Rajoutez des décorations en pâte, sur le sujet.
Puis installez-y aussi un oeuf dur peint. Badigeonnez le tout d'un peu de lait, très peu, au pinceau, afin qu'à la cuisson, la pâte prenne une jolie couleur dorée.
Enfournez votre préparation et surveillez, je ne donne pas de temps de cuisson, ça dépend trop des fours. Et puis certains aiment la pâte saisie mais tendre au milieu (pour ça, cuisson pas trop prolongée, à four assez chaud). D'autres apprécient la pâte un peu plus cuite. D'autres encore, passent dans la cuisine, en coup de vent, l'air un peu fourbe, subtiliser au vol un peu de pâte crue, puis partent en courant secoués de rires étouffés. Bref, vous l'avez compris, la cuisson est le point final où tous rodent près de la cuisine.

PS : j'allais oublier ! vous penserez que ça n'a rien à voir avec la cuisine, mais ... qu'importe...petite suggestion, à Pâques et surtout, n'importe quand ... passez-vous, au moins pendant tous ces préparatifs, l'Oratorio de Pâques, de Bach... notamment la piste " SO FEIREN WIR DAS HOHE FEST"

Publié dans Cuisine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article